mardi 14 juin 2016

Lundi 13 Juin


 Lundi 13 Juin, les C.P de l'école de Paste (Rosa Parks) et la classe des 6°5 de Mme Roland se sont rencontrés pour lire des albums.



Le même jour, entre 13h15 et 14h15 le club lecture est descendu dans la cour avec des caisses de livres pour un CDI dehors.


mardi 7 juin 2016

Rencontre avec Anne Lecap

 Jeudi 2 juin à 8h30, la classe de 5°7 a rencontré cette auteur, née en 1972, qui a passé son enfance en Ardèche et vit aujourd'hui en Provence.

Elle nous a d'abord proposé un jeu sur les personnages de son roman "Quand la révolte gronde". Suite à nos questions, elle nous a présenté ses sources : des journaux de 1936, un magazine sur la santé, deux cahiers de poésies et chansons, un petit livret qui servait de calculatrice aux commerçants, des cartes postales anciennes. Ces informations nous ont aidé à comprendre comment vivaient Emilie (l'héroïne) et son entourage à cette époque.

L'histoire se déroule pendant le Front Populaire. Les syndicalistes entraînent les ouvriers à se révolter contre des conditions de travail pénibles en faisant grève. Ils obtiendront de  travailler 40h par semaine au lieu de 48h, les premiers congés payés et une augmentation des salaires. Comme beaucoup d'entre nous connaissent des lieux cités dans le roman (la ville de Privas, le Teil, le Pouzin...) nous pouvons nous représenter les déplacements des personnages. L'auteur nous a aussi expliqué comment elle gère son temps  entre son métier de professeur d'histoire-géographie  et son souhait d'écrire des romans. Elle a précisé que son roman a été  écrit en un an et demi. A la fin de la séance, elle nous a lu un extrait d'un autre de ses romans "Baptiste sans port d'attache".

Cette rencontre a été agréable et instructive. La classe de 5°7


 Les élèves de 5°7, ont imaginé et écrit une lettre d'Emilie, l'héroïne du roman restée en Ardèche, à ses parents installés à Paris.

Le Teil, 1936

Chers parents 

La vie à l'usine textile du Teil est très dure. J'ai énormément de mal à ne pas tomber de fatigue en plein travail. Grand-mère me manque. Heureusement, un évènement a bouleversé ma vie il y a peu temps. Un jeune cheminot appelé Vincent a simulé un accident devant mon usine. En réalité, il voulait distribuer des tracts contre les conditions de travail des ouvriers. Quelle drôle de manière de distribuer de la propagande ! J'ai décidé de m'engager à ses côtés. Il incite les ouvriers à voter pour le Front populaire. C'est vrai qu'il propose des mesures qui font rêver : 40 heures par semaine, salaire augmenté et même les premiers congés payés ! Quel bonheur ! Je pourrais rendre visite à Grand-mère le samedi et le dimanche. J'oubliais, je dors le soir dans une chambre meublée . J'espère que tout se passe bien à Paris, que Louis n'est pas trop difficile à gérer. Vous me manquez beaucoup.
A bientôt 
Emilie                                                 écrit par Senot Zacharie



Chère mère, cher père, cher Louis

Me voilà arrivée au Teil. Je suis déjà exténuée par mon passage à la cuve de teinture de l'usine de textile. J'ai l'impression que mes bras sont en bois tellement j'ai mal. Je me suis installée dans une chambre, meublée avec un lit en cuivre, une commode et un fauteuil, assez petite, mais je m'y plais bien .
 A côté de ma chambre il y a Juliette. Elle tousse souvent à cause de la poussière de ciment qu'elle respire à la sècherie de Lafarge. Elle a eu une violente quinte de toux à table. Cela faisait peine à voir. Il y a aussi Rémi, qui travaille dans un garage, il répare les bicyclettes. A l'usine, je me suis fait de nouvelles amies dont une plus précisément, Marguerite. Elle est mère d'un petit garçon.
Il y a aussi la contremaîtresse, qui n'est pas très sympathique. Elle n'est pas très accueillante non plus d'ailleurs .
Grand-mère et vous me manquez énormément. Je vous embrasse affectueusement...

Emilie                                               écrit par Cassiopée Aounit




Chers parents,
J'espère qu'à Paris tout va pour le mieux depuis la grève.J'espère également que Louis va bien.
Vous serez sûrement heureux d’apprendre qu'à l'atelier nous avons aussi fait grève durant huit jours. Nous avions peur de nous faire renvoyer mais tout s'est bien passé. Bertier, le patron, s'est enfin plié aux réformes. Maintenant, j 'ai le samedi ainsi que le dimanche pour rentrer à Privas. Avec Mémé nous prévoyons même de monter à l'Escrinet. Bientôt nous aurons nos premier congés payés. J'espère que durant ces congés nous pourrons nous revoir. Louis a bien dû grandir depuis tout ce temps.
Peut-être que je pourrais vous présenter Vincent. Il est cheminot et également syndicaliste. Je l'ai rencontré devant l'usine de textile du Teil. Il distribuait des tracts dénonçant les conditions de travail déplorables. Il est très courageux ! C'est grâce à lui que nous avons pu faire grève à l'atelier : il nous amenait de quoi manger et nous reposer. Il sait comment remonter le moral des grévistes et il nous redonne espoir. Je pense que papa l'apprécierait énormément.
J’aimerais tant que durant nos congés payés nous allions ensemble à la mer. Tata Léonie serait heureuse de nous recevoir. Je reverrais ma cousine et toute la famille.
 Je vous aime tendrement
 Votre fille, Emilie
 écrit par Marie Leveugle




Le Teil, mercredi 22 Avril 1936

Chers parents,

J'espère que vous allez bien, vous deux ainsi que Louis. En ce qui me concerne, l'usine de textile m' a débauché. J'ai été renvoyée mais ne vous en faites pas, j'ai immédiatement cherché du travail. Je travaille maintenant dans un atelier d'emballage d'articles de beauté. Le travail à l'usine de textile était plutôt pénible : la teinte des tissus par exemple. J'en ressortais avec des cloques aux mains. Mais le travail à l'atelier n'est pas de tout repos non plus. Il faut enchaîner les cadences sans s'arrêter. J'ai rencontré Rémi et Juliette chez la logeuse, ils sont très gentils. Rémi travaille dans un garage où il répare des bicyclettes et Juliette travaille chez Lafarge, elle raccommode les sacs de ciment. Un accident s'est produit devant l'usine de textile. Un cheminot est tombé de sa bicyclette et s'est fait renversé par une voiture. C'était un syndicaliste et il nous a distribué des tracts. Je ne sais pas comment je pourrai le revoir...

Affectueusement
Emilie.                                                                                écrit par Héloise Doisy



Chers parents,

Je vais bien malgré mon licenciement de l'usine textile car j'ai déjà un nouveau poste. Cette fois ci dans l'emballage de produits de beauté. Si vous voyiez tous ces corsets et ces gants haut de gamme...
Je suis bien logée et je rentre chez mamie tous les dimanches en train.
Je suis quand même éreintée par mon poste car nous avons des sièges inconfortables et les jambes dans le vide toute la journée. De plus, nous travaillons selon le système Taylor. Des syndicalistes nous promettent des congés payés . J'aimerais tellement que cela arrive vite! Je pourrais vous rendre visite à Paris.
 J'espère que Louis a de bons résultats scolaires et qu'il va bien. J'espère que vous allez bien aussi.

Tendres baisers.
Emilie                                                                                                             écrit par Pauline Habib                 






Cher papa, cher maman,

J'ai eu beaucoup de mal à m'adapter au monde du travail.
Je vais bien malgré quelques rebondissements disons fâcheux dans ma vie. Je dois vous dire ( sinon grand-mère le fera à ma place) que j''ai été renvoyée de l'usine textile du Teil. Je sais que vous allez être déçus, surtout toi papa. Je sais que tu m'as beaucoup répété quand j'étais plus petite que le travail est ce qui nous fait vivre et ce que l'on a de plus précieux, que nous devons en prendre grand soin et que nous ne devons pas faire un pas de côté afin de le conserver. Mais je peux t'assurer que mes actes avaient des buts valables qui pourraient aussi changer ta vie, à toi et à celle de maman.

Tout d'abord j'ai rencontré quelqu'un. Attention! Je te vois d'ici maman avec ton sourire malicieux. Je te conseille de ne pas trop t'enflammer car sa rencontre est directement liée à mon renvoi... Il s'appelle Vincent, et c'est un jeune cheminot syndicaliste. Je crois deviner votre réaction! Mais ne vous inquiétez pas. Vincent a distribué des tracts dans notre usine pour nous faire connaître les causes des luttes très louables du Front Populaire. J'ai beaucoup appris et j'ai lutté avec Vincent pour de meilleures conditions de travail car tout n'est pas rose dans les usines, comme papa peut en témoigner.

Malheureusement, mon patron n'a pas vraiment apprécié mes engagements politiques et m'a donc mise à la porte. J'étais honteuse, humiliée, triste, et dans une colère noire. N'a-t-on pas le droit de lutter pour un salaire plus juste? Je me suis mise en quête d'un nouveau travail et je crois en avoir trouvé un. Est-ce que je serai engagée ? Ça c'est une autre histoire. Surtout que dans cette région les nouvelles vont vite et j'ai peur que mon parti politique effraie les patrons. Mais je veux vraiment cet emploi, rien que pour vous rendre fiers ainsi que grand-mère.

Quant à Louis, comment va-t-il ? Dans votre dernière lettre vous ne m'en avez presque pas parlé. Fait-il des progrès en écriture? Et vous, allez-vous bien? Dans votre dernière missive vous n'avez pas beaucoup fait étalage de vos sentiments. Je sais, maman, que parfois tu as honte de m'avoir laissée ici. Mais sache que je suis heureuse. Vincent y contribue. Même s'il est syndicaliste, c'est un homme de valeur. Je vous en conjure, croyez-moi sur ce point ! 

Avec les meilleurs sentiments de votre fille.

Emilie.                                                                                               écrit par Baron Anaé.

lundi 25 avril 2016

Eric PESSAN : Aussi loin que possible

Une cité, deux copains. Un matin, par jeu, comme un défi, ils comptent jusqu'à trois et se mettent à courir. Ils se mesurent, se testent et ne s'arrêtent plus. Leur élan les emporte. La course les berce. Tous les deux ont finalement de bonnes raisons de courir et de partir.
Au rythme de la course et des pensées de chacun, nous entrons dans le quotidien des deux héros : un père violent, une famille sur le point d'être expulsée. Au fil des jours, leur vie s'organise, kilomètres parcourus, haltes, nourriture, avis de recherche. Où et comment s'arrêter ? Un court roman pour une longue course. La liberté à toutes jambes. VA

Annelise HEURTIER : La fille aux cheveux d'encre

Timothée, 13 ans,entre en cours d'année dans un nouveau collège. Son nouvel environnement ne lui plait pas beaucoup sauf Chine, une fille aux cheveux d'encre, belle, intelligente, riche. Ils partagent la même table en cours, ils s'invitent, elle l'aide, c'est son rayon de soleil. Pour elle, il ferait n'importe quoi. Pourtant, les incidents se multiplient autour d'eux. Chine a une attitude bizarre, trop souvent, elle ment...

Un premier amour et, pour Timothée, la découverte d'un milieu différent du sien. Chine ne manque de rien sauf de ses parents trop souvent absents. Elle n'est peut être pas aussi heureuse qu'elle le laisse paraître. Un court roman facile dès la 6e. . VA

jeudi 14 janvier 2016

Chi le chat

Chi est un  manga  très accrocheur. Chi est une petite chatte. Elle s'est perdue lors d'une balade avec ses frères et sa mère. Elle rencontre un petit garçon, Yoeï et rentre dans sa famille qui va l'adopter. Ils  habitent dans un immeuble où les animaux sont interdits, elle doit se cacher. Une  fois chez lui elle  va gouter au lait, à plein d'autres choses aussi,  tout en découvrant  les mystères  d'une maison.
Chi va  rencontrer un autre chat, elle va  faire un duel avec un chien et bien d'autres aventures .
Il existe 12 tomes de cette série. J'aime ce manga autant que les chats et croyez moi j'adore les chat.

                                                                  
voila 2 pages


                                                         à bientôt pour un autre article                                                                     
                                                                         c'était  Elio



jeudi 7 janvier 2016

Corinne Ferrand-Moulin : La Grotte aux Images

Les 6 °1 ont eu la visite de Corinne Ferrand-Moulin l'auteur de cinq livres : 
- des pilleurs à l'archéo-colo ,une enquête à Alba-la-Romaine
- les chaines du Roy, les protestants en Ardèche au 18e siècle
- le jardin de monsieur Olivier, sur Olivier de Serre
- la grotte aux images, sur la  préhistoire et la grotte Chauvet
- l'envol du ballon, sur les frères Mongolfier à Annonay 
Pour le roman La grotte aux images, elle a reçu le prix Préhistoire à La Chapelle aux Saints en Corrèze cette année. Comme récompense, on lui a remis un silex de toute beauté. Elle a aussi reçu le prix Eugène Villard 2015 du Conseil Général de l'Ardèche pour ce roman.

Corinne  Ferrand - Moulin est bibliothécaire à Cruas. Vous pouvez consulter son blog  
Alexia



" La Grotte Aux Images " est un livre d' histoire-fiction de Corinne Ferrand - Moulin.

 
L'histoire est celle d' Eïos l'apprenti guérisseur de son clan, sa mentor Egraï (celle qui sait) 
est l'ainée de la tribu. Eïos est entouré d'amis fidèles.
Bronam : ami d'enfance d'Eïos, il considère que ce dernier a changé depuis leur petite enfance Il entraine Eïos souvent dans des situations périlleuses.
Tilzi : Eïos est secrètement amoureux d'elle. Tous les jeunes de la tribu veulent l'épouser.
On s'attache très vite aux personnages. On entre aussi vite dans l'histoire vue et racontée par diffèrents personnages. Leurs points de vues sont parfois complètement contraires.
Célian
 

jeudi 26 novembre 2015

Les Légendaires

Razzia, Shimy, Gryf, Danael et Jadina, ces 5 héros partent en quête : leur mission est de faire redevenir adultes les habitants de leur monde (Alysia) qui sont tous retombés en enfance.



Danael : Le plus courageux des Légendaires et aussi leur chef. 

 Razzia : Ancien serviteur de Darkhell (le méchant de l'histoire).


Gryf : Le dernier des Jaguarians une espece d'homme-fauves disparue depuis très longtemps. 

 Jadina : Princesse d' Adeyrid.

Shimy : Elfe élémentaire à la puissance sans limite. 
Il existe 18 tomes. J'ai aimé ce livre car c'est une BD d'action , de fantasy et d'humour. Ces livres de Patrick Sobral sont disponibles chez l'éditeur  Delcourt.
Enzo